Généralement, les abeilles ne piquent que lorsqu’elles aperçoivent une menace pour leurs ruches. Et quand elles piquent, elles meurent.

Lorsque l’abeille pique, elle ne peut pas retirer le dard. En effet, le dard de l’abeille est structuré de telle manière que l’abeille ne pourra pas l’arracher après une piqûre.

Le dard d’abeille est creux et pointu, comme une aiguille hypodermique. Il contient deux rangées de lancettes, ou lames en dents de scie. Ces lames sont de forme barbelée et sont tournées vers l’extérieur comme un harpon.

Après une piqûre, l’abeille essaie de retirer le dard, elle rompt son bas-ventre, laissant le dard incrusté, tirant à la place une chaîne de matériel digestif, des muscles, des glandes et un sac à venin, ce qui cause un trou au bout de l’abdomen puis la mort de l’abeille.

Mais il y a un avantage pour les abeilles là-dedans. Même après avoir chassé l’abeille, un groupe de cellules nerveuses coordonne les muscles du dard laissés pour compte. Les tiges barbelées frottent d’avant en arrière, creusant plus profondément dans votre peau. Les valves musculaires pompent les toxines d’un sac à venin attaché et les livrent à la plaie pendant quelques minutes après le départ de l’abeille.

Recevez les dernières news scientifique

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles.

Merci de votre inscription!

Erreur. Veuillez vérifier vos informations.