Vous vous souvenez certainement de votre premier baiser. Vous vous souvenez de l’adresse de vos parents quand vous étiez enfant, de l’endroit où vous avez garé votre voiture, et de la dernière fois que vous avez été au cinéma. Et vous avez même mémorisé la valeur de Pi, ou du moins les trois chiffres après la virgule.

Chaque jour, on accumule des informations et des souvenirs nouveaux, et avec toutes les petites aventures du quotidien, il se peut que vous commenciez à vous demander si l’espace mémoire disponible dans votre cerveau n’est pas en train de se remplir. Mais est-ce vraiment comme cela que les choses fonctionnent ? Le cerveau peut-il manquer d’espace mémoire, comme un disque dur ? Et bien cela dépend du type de mémoire dont on parle !

« Ce n’est pas comme si chaque souvenir occupe une cellule et qu’une fois utilisée cette dernière est inutile », explique Nelson Cowan, spécialiste en psychologie cognitive à l’Université du Missouri. il est important de savoir qu’à long terme les souvenirs sont encodés dans des circuits de neurones connectés. Et la capacité du cerveau à faire le lien entre ces circuits est infinie. Le nombre de souvenirs stockés dans le cerveau est donc illimité, en théorie.

Les souvenirs ne sont, pourtant, pas toujours très organisés. Ils peuvent s’emmêler, et se reproduire, comme des espèces similaires mais bien distinctes, créant ainsi un ersatz du souvenir initial. Et si vous ne pouvez pas vous en rappeler, le souvenir n’a aucune valeur.

« J’en déduis que cela se produit lorsque 2 différentes idées qui sont similaires utilisent les mêmes circuits de neurones » dit Nelson Cowan.  » Le cerveau doit choisir le bon cheminement, et si vous êtes confus, votre mémoire peut échouer et choisir le mauvais souvenir« . Si, vous apprenez, par exemple, deux langues en même temps qui ont beaucoup de similarités, comme le portugais et l’espagnol, vous vous emmêlerez certainement les pinceaux en mélangeant les différents mots des deux langues. Pas d’inquiétude, votre cerveau ne manque pas d’espace mémoire, vous êtes juste en train d’apprendre à sélectionner les informations que vous venez d’acquérir. Théoriquement, l’espace de stockage de la mémoire à long terme est illimité.

On possède tous un autre type de mémoire : La mémoire à court terme. Et cette dernière a ses limites . Traiter plusieurs informations différentes en même temps peut s’avérer très compliqué. Il suffit d’une information en trop pour que vous oubliiez le nom de la personne que vous venez tout juste de rencontrer. Et cette information de trop que votre cerveau et donc mémoire à court-terme doit gérer est capable de vous faire perdre le fil de vos pensées.

Les chercheurs ont réussi à compter le nombre d’information que la mémoire à court terme peut gérer simultanément : Et ce n’est pas beaucoup. Lorsque l’on demande aux gens de mémoriser des couleurs sur un écran, la majorité ne peut en retenir que 3 ou 4. Associées à des lettres, le nombre augmente à 7. Mais si l’on demande aux gens de retenir ces lettres : UMP, PS, CEE, ces 8 lettres seront retenues sans problèmes parce qu’elles ont un sens, c’est comme se rappeler de 3 objets différents.

C’est en donnant un sens aux choses, et en les regroupant par thème, que nous pouvons multiplier le nombre d’informations retenues. Et c’est bien là, la base de tout apprentissage : Transformer les informations de la mémoire à court terme en souvenirs imprimés dans les circuits de la mémoire à long terme.

Oublier, est, donc, une partie importante de l’apprentissage. « Nos cerveaux ne sont pas faits pour stockés des quantités illimitées d’informations« . Explique Joe Tsien, neurologue.

Les études ont prouvé qu’apprendre une nouvelle chose pouvait favoriser l’oubli. Mais pas de panique, il s’agit là d’un avantage certain, car les informations anciennes pourraient interférer avec les nouvelles et les corrompre. Mais ce n’est pas parce que vous avez oublié un souvenir douloureux qu’il est effacé et rasé de votre mémoire. Il peut être dur à retrouver et à extraire mais il est encore là. Il suffit juste de revivre une situation où un contexte similaire à celui imprimer dans le souvenir pour le voir refaire surface. Et pour vous permettre de retrouver vos souvenirs à la demande entraînez votre cerveau à retenir des informations et à les traiter.

Votre cerveau a bien plus d’espace de stockage que vous n’utiliserez jamais, alors, servez-vous en !

Et si jamais vous doutez de la capacité de votre cerveau, il vous sera toujours possible de télécharger vos souvenirs dans le cloud !

Recevez les dernières news scientifique

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles.

Merci de votre inscription!

Erreur. Veuillez vérifier vos informations.