Pendant les temps froids, le nez a tendance à se transformer en fontaine. Nous appelons cela «rhinite induite par le froid».

Quand vous respirez de l’air, votre nez le rend chaud et humide afin que, lorsqu’il atteint vos poumons, il n’irrite pas les cellules. Pendant le processus de l’inhalation d’air par le nez à des températures inférieures au point de congélation, l’air à l’arrière du nez est généralement d’environ 26 °C, mais peut atteindre 30 °C. Et l’humidité de l’air à l’arrière du nez est généralement d’environ 100 %, quel que soit le degré de froid de l’air que nous respirons.

Cela explique que notre nez est efficace que l’air que nous respirons devient chaud et humide avant qu’il n’atteigne les poumons.

En effet, l’air froid stimule les nerfs à l’intérieur de nez, qui envoie un message à travers les nerfs à votre cerveau. Puis, le cerveau réagit alors à cette impulsion en augmentant le flux sanguin vers le nez, et ces vaisseaux sanguins dilatés réchauffent l’air qui les traverse. Aussi, le nez est déclenché pour produire plus de sécrétions via les glandes muqueuses afin de fournir l’humidité nécessaire pour humidifier l’air qui passe.

L’air froid et sec stimule aussi les cellules du système immunitaire dans le nez. Ces cellules favorisent la production de plus de liquide dans votre nez pour rendre l’air plus humide.

Recevez les dernières news scientifique

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles.

Merci de votre inscription!

Erreur. Veuillez vérifier vos informations.