Un garçon de six ans qui n’avait pas été vacciné est le premier cas de diphtérie en Espagne depuis 28 ans. Le jeune garçon, de la ville catalane d’Olot, serait très malade et est donc traité avec une antitoxine. Les parents, qui avaient choisi de ne pas faire vacciner leur enfant, sont dévastés et ont alors immunisé leur fille cadette par la suite.

La diphtérie est une infection bactérienne qui se propage par la toux ou les éternuements, selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Une fois infectés, les malades peuvent éprouver un mal de gorge, de la fièvre et avoir des ganglions enflés dans le cou. La diphtérie peut entraîner de graves complications, même avec un traitement, avec 10% des cas ayant entrainé la mort. Le Ministère de la Santé de l’Espagne a dû se démener pour trouver le médicament pour traiter l’enfant du fait qu’il n’y avait pas eu de cas de la diphtérie en Espagne depuis 28 ans en raison de la couverture vaccinale élevée du pays (plus de 95%). L’antitoxine a finalement été livrée de Moscou à Barcelone par l’ambassadeur de Russie.

« La famille est dévastée et admettent qu’ils se sentent coupable, parce qu’ils ne se sont pas correctement informés« , a déclaré le chef catalan de la Santé Publique Antoni Mateu à El País. « Ils ont un profond sentiment de culpabilité, et nous essayons de les en débarrasser. »

L’enfant est dans un état critique dans l’unité des soins intensifs de l’hôpital Vall d’Hebron, cependant il réagit au traitement. Les autorités sanitaires ont lancé une enquête pour trouver le détenteur de la maladie, et admettent que cela pourrait être très difficile si le transporteur ne montre pas de symptômes. Toutes les personnes en contact avec l’enfant sont sous surveillance, et ses camarades de classe ont été vérifiés pour voir s’ils ont été vaccinés. Une procédure de précaution a été mise en place donnant aux enfants la médecine préventive.

« La vaccination est le meilleur moyen de prévenir la diphtérie« , a déclaré l’OMS dans son rapport. Ils mettent en garde les parents qui hésitent ou refusent de vacciner leur enfant car cela pourrait contribuer à provoquer une épidémie. L’OMS travaille en étroite collaboration avec le Ministère Espagnol de la Santé et appelle à une vigilance accrue pour améliorer les systèmes de surveillance, sensibiliser l’importance de la vaccination et renforcer les programmes de vaccination.

Recevez les dernières news scientifique

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles.

Merci de votre inscription!

Erreur. Veuillez vérifier vos informations.