Dans un climat en mutation, la désertification des terres ne cesse de s’accroître. Elle avance silencieusement, mais avec des répercussions significatives sur l’ensemble de la planète Terre. Dans sa définition simplifiée, c’est un processus qui transforme les terres fertiles en zones arides.

Explication du processus de désertification

Entre pollutions par engrais chimiques, pesticides et autres sur-utilisations des ressources naturelles, le processus d’épuisement des ressources nutritionnels de la terre est vite engagé. En règle général, les  plantes, l’eau et le sol s’adaptent au fur et à mesure des différents changements de l’écosystème. Cependant, lorsque ces ressources atteignent le maximum de leur capacité d’adaptation, le processus de désertification se déclenche. Il fait place à une conduite par eau appelé érosion et une conduite par le vent, la déflation. Ce qui implique systématiquement la perte des points d’eaux et la réduction ou l’impossibilité de culture biologique des terres.

Le sifflet d’alarme des écologues

Il est évident que cette dégradation entraîne le déséquilibre des interactions dans l’écosystème. Cette approche est un sujet alarmant, surtout pour les géologues qui ont un aperçu globale de la marche. Cependant, ils espèrent une interruption du phénomène, grâce à la sensibilisation des populations, d’autant plus que les causes sont majoritairement d’ordre humaine que naturel (changement climatique). En effet, selon une étude publiée récemment par greenfacts.org, les principaux facteurs contribuant à la désertification sont réparti comme suit:

  • 35% dû au surpâturage
  • 30% à la déforestation
  • 28% aux activités agricoles
  • 7% à la Surexploitation des biocarburants.

Le monde en marche contre la désertification

L’Afrique Subsahariens, l’Inde et la Chine sont les zones les plus affectées. Selon une étude menée en 2018 par ‘The word Atlas’, plus de 75% de la superficie terrestre est déjà dégradée et plus de 90% pourraient l’être d’ici 2050dont une partie de l’Europe méridionale, orientale et centrale y sont considérablement sensibles. De ce constat, les géologues du monde entier créèrent un mouvement, afin de stopper cette évolution exponentielle. Ils comptent sur l’appui de la population mondiale pour y remédier.

A leur plus grand bonheur, le phénomène n’est pas encore irréversible. Il existe aujourd’hui plusieurs projets de mise à niveau de l’écosystème, et d’éveil des consciences sur la bonne gestion des ressources naturelles. Plusieurs Etats ont également mis en place des réglementations tournant autour de la conservation de la planète, dont des sanctions lourdement appliquées.

Recevez les dernières news scientifique

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles.

Merci de votre inscription!

Erreur. Veuillez vérifier vos informations.