Les scientifiques ont découvert une bactérie « respirant » l’uranium

0
203

La Terre possède des environnements que nous considérons comme extrêmes.

mais même dans certains de ces habitats les plus rudes, certains organismes ont trouvé des moyens de résister. Dans les océans les plus profonds, où la pression est intense et la lumière inexistante, la vie est encore présente. Dans les volcans sous-marins, où l’environnement contient du dioxyde de carbone, les moules de la taille d’un ballon de football ont trouvé un moyen de croître.

Même si les sites radioactifs sont dangereux pour l’homme, ils ne le sont pas pour certains microbes. Désormais, les chercheurs ont découvert une bactérie remarquable qui respire l’uranium et se développe dans le minerai de sites de traitement d’uranium abandonnés. La souche nouvellement découverte, qui appartient à la classe des betaproteobacteria, a été trouvée dans le sol d’un vieux moulin de minerai d’uranium à Rifle au Colorado. Le moulin était autrefois utilisé pour la production d’armes nucléaires et le site est toujours radioactif à ce jour.
Comme décrit dans la revue PLOS ONE, les bactéries prennent en quelque sorte un électron libre de l’uranium dans un processus appelé « réduction ». On ignore si l’uranium résultant de ce processus est sans risque pour l’humain. Toutefois, si tel était le cas, alors il pourrait être un nouveau moyen de nettoyer efficacement les sites pollués par l’uranium. Les scientifiques ne sont également pas sûrs de l’impact potentiel de ces organismes sur l’environnement, davantage de recherches méritent d’être effectuées.

[pub1]

« La biologie est un moyen de résoudre ce problème de contamination, particulièrement dans des situations comme celle où les radionucléides sont très dilués, mais toujours présent à des niveaux jugés dangereux » a déclaré le professeur Lee Kerkhof de l’Université Rutgers.

On n’est pas certain de savoir comment ces bactéries « mangeuse-d’uranium» se sont développé hors des éléments radioactifs. C’est probablement un processus similaire à la façon dont certaines bactéries développent une résistance aux antibiotiques. Il se trouve qu’actuellement cette bactérie « ramassée sur un élément génétique permet de détoxifier l’uranium en se développant dessus », a déclaré Kerkhof.

[pub2]

Cette recherche fait partie du Programme du Département de l’Energie des Etats-Unis pour voir si les micro-organismes peuvent « grignoter » l’uranium radioactif et ainsi le rendre inerte. Le ministère espère que cela puisse être une solution pour rendre les eaux souterraines potables.

« Après que les bactéries aient interagi avec les composés d’uranium dans l’eau, l’uranium devient immobile« , a déclaré Kerkhof. « Il est dilué dans les eaux souterraines, et par conséquent ne peut pas contaminer l’eau potable ramené à la surface ».

Les préoccupations de Kerkhof ne se limitent pas à l’eau potable contaminée des Etats-Unis. Du fait que cette bactérie puisse être exploitée pour nettoyer les sites radioactifs dangereux pour l’homme, il y aurait alors beaucoup d’endroits qui pourraient en bénéficier.