_ap_ufes{"success":true,"siteUrl":"www.journalscientifique.com","urls":{"Home":"http://www.journalscientifique.com","Category":"http://www.journalscientifique.com/biologie","Archive":"http://www.journalscientifique.com/2015/07","Post":"http://www.journalscientifique.com/planete/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade","Page":"http://www.journalscientifique.com/articles-populaires","Attachment":"http://www.journalscientifique.com/planete/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade/attachment/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade","Nav_menu_item":"http://www.journalscientifique.com/inconnu/448","Wpcf7_contact_form":"http://www.journalscientifique.com/?post_type=wpcf7_contact_form&p=6"}}_ap_ufee

Un adolescent a mis en place un test qui peut diagnostiquer Alzheimer avant les symptômes

0

Un adolescent du Royaume-Uni a conçu ce qui pourrait être un test permettant de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer de manière précoce. L’élève Krtin Nithiyanandam de l’école de grammaire de Surrey est l’un des 90 finalistes régionaux dans le « 2015 Google Science Fair ».

« Le principal avantage de mon test est qu’il pourrait être utilisé pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer avant que les symptômes ne commencent à se manifester en se concentrant sur les changements physiopathologiques, dont certains peuvent se produire une décennie avant que les symptômes deviennent fréquents, » déclare Krtin à Daily Telegraph.

Les plaques cérébrales ou plaques amyloïdes sont les caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, et elles se forment lorsque certains fragments de protéines s’accumulent dans la substance grise du cortex cérébral, provoquant ainsi la destruction de millions de cellules. Les concentrations de leurs précurseurs, ce qu’on appelle oligomères bêta-amyloïdes, commencent à augmenter dans le cerveau dans les premiers stades de la maladie.

Les centres du projet de Nithiyanandam autour d’une sonde de point quantique – ce qu’il appelle un cheval de Troie moléculaire – pourrait traverser la barrière hémato-encéphalique, un obstacle majeur pour les tests actuels. Après avoir pénétré dans le cerveau, les particules doivent stopper les protéines toxiques afin de bloquer la progression de la maladie neurodégénérative. En outre, il est possible de détecter les nanoparticules fluorescentes à l’aide d’un scan du cerveau.

« Certaines de mes nouvelles recherches préliminaires ont suggéré que ma sonde de diagnostic pourrait simultanément avoir un potentiel thérapeutique ainsi que de diagnostic » déclare-t-il.

Bien sûr, son travail n’a pas encore été publié dans une revue scientifique et évaluées par les scientifiques. Pourtant, le projet est une approche créative à un problème de longue date. Les prochaines étapes consistent à étudier les sondes in vitro.

Nithiyanandam a été inspiré par son professeur de biologie ainsi qu’Albert Einstein, et il espère poursuivre une carrière en médecine !