_ap_ufes{"success":true,"siteUrl":"www.journalscientifique.com","urls":{"Home":"http://www.journalscientifique.com","Category":"http://www.journalscientifique.com/biologie","Archive":"http://www.journalscientifique.com/2015/07","Post":"http://www.journalscientifique.com/planete/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade","Page":"http://www.journalscientifique.com/articles-populaires","Attachment":"http://www.journalscientifique.com/planete/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade/attachment/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade","Nav_menu_item":"http://www.journalscientifique.com/inconnu/448","Wpcf7_contact_form":"http://www.journalscientifique.com/?post_type=wpcf7_contact_form&p=6"}}_ap_ufee

La Cour Suprême des Etats-Unis confirme l’utilisation controversée des drogues létales

0

La Cour Suprême des Etats-Unis vient de juger que l’Oklahoma et d’autres Etats peuvent utiliser le midazolam, drogue controversée pour les injections létales, pour les peines de mort. Dans une décision 5-4, la Cour Suprême a rejeté les allégations concernant le fait que midazolam viole l’interdiction du huitième amendement sur la peine cruelle et inhabituel.

Le midazolam est utilisé comme sédatif pour rendre le détenu inconscient et ensuite deux autres médicaments sont administrés pour paralyser et arrêter le cœur. L’affaire a été présentée par un groupe de condamnés à mort d’Oklahoma qui a fait valoir que le midazolam est un anesthésique inefficace. Cinq juges de la Cour ont rejeté ces propos.

Les prisonniers ont échoué à identifier une méthode alternative connue et disponible d’exécution entrainant moins de douleur, une exigence de toutes les revendications du huitième amendement des méthodes d’exécution, “ le juge Samuel Alito a écrit pour la majorité.

Deuxièmement, le tribunal du district de l’Oklahoma n’a pas établi dans son protocole d’exécution que l’utilisation d’une dose massive de midazolam implique un risque substantiel de sévère douleur”.

Sonia Sotomayor, juge libérale, a critiqué la décision de la Cour, affirmant “que cela pourrait être l’équivalent chimique d’être brûlé sur le bûcher.

L’affaire a été basée sur trois cas d’exécutions en 2014, selon lesquelles trois hommes auraient repris conscience. Le rapport du New York Times a déclaré que Clayton D. Lockett a été laissé quand il se réveilla, se tordant et gémissant de douleur, et d’autres ont connu des périodes prolongées d’étouffement. Dans une exécution, un détenu de l’Arizona est décédé deux heures après l’exécution, a rapporté  Associated Press.

Lorsque l’Oklahoma ne pouvait plus acquérir les médicaments qu’ils utilisaient normalement, ils ont commencé à utiliser le midazolam. De nombreux Etats ont des difficultés pour obtenir les médicaments par injection létale, du fait d’objections à la peine capitale, ils connaissent une pénurie permanente. Les deux Pharmacies dans l’Union Européenne sont fermement opposées à la peine capitale et la Commission Européenne a imposé une interdiction d’exportation sur les médicaments utilisés pour effectuer les injections létales.

De plus, le juge Stephen G. Breyer a écrit “plutôt que d’essayer de contourner les problèmes juridiques sur la peine de mort, je demanderai plutôt un briefing complet sur une question simple : est-ce que la peine de mort viole la Constitution“.