_ap_ufes{"success":true,"siteUrl":"www.journalscientifique.com","urls":{"Home":"http://www.journalscientifique.com","Category":"http://www.journalscientifique.com/biologie","Archive":"http://www.journalscientifique.com/2015/07","Post":"http://www.journalscientifique.com/planete/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade","Page":"http://www.journalscientifique.com/articles-populaires","Attachment":"http://www.journalscientifique.com/planete/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade/attachment/un-drone-capture-une-video-incroyable-dune-tornade","Nav_menu_item":"http://www.journalscientifique.com/inconnu/448","Wpcf7_contact_form":"http://www.journalscientifique.com/?post_type=wpcf7_contact_form&p=6"}}_ap_ufee

Gènes « étrangers » sont présent dans notre ADN

0

Surprenant mais totalement vrai,il paraîtrait que dans notre ADN ne se trouve pas seulement nos gènes et ceux de nos ancêtres,mais bien plus que cela!

En effet, d’après une étude publiée le 13 mars 2015 dans la revue “Genome Biology”, des chercheurs britanniques ont découvert l’existence de gènes étrangers issus de micro-organismes. Ces gènes proviennent d’organismes vivants très différents de notre espèce, qui nous ont été transmis au cours de notre évolution.

Toujours selon la même étude, le rôle joué par ces gènes est d’autant plus crucial, car ils sont principalement impliqués dans le métabolisme des lipides (c’est-à-dire dans la conversion des lipides en composés chimiques permettant à notre organisme de fonctionner correctement), sans oublier leur contribution dans les différents processus de défense immunitaire.

Quant à la nature de ces micro-organismes,les chercheurs ont démontré qu’ils s’agit principalement de bactéries et de protistes, généralement présents dans des organismes unicellulaires, comme les algues et les planctons.

De quelle façon ces gènes ont-ils bien pu s’introduire dans notre ADN ?

Par un processus appelé « transfert horizontal de gènes »  (également appelé transfert latéral de gènes). Il s`agit d`un mécanisme dans lequel un organisme intègre du matériel génétique provenant d’un autre organisme sans en être le descendant. Un processus déjà connu pour être à l’oeuvre chez certains animaux simples, comme le ver nématode, dont le génome possède des gènes issus de plantes et de micro-organismes. L’existence de ce génome n’a jusqu’ici jamais été démontrée de façon concrète pour des êtres vivants plus complexes, comme l`être humain par exemple.

Ces récents travaux permettront peut-être de découvrir de nouveaux organismes vivants, ayant cohabité avec nos ancêtres. Leur existence, méconnue jusqu’à présent, car ces organismes ont complètement disparu de notre monde , pourrait mener les chercheurs sur des pistes inexplorées et intéressantes.